Accueil Technologie WeWork vient de déposer son bilan

WeWork vient de déposer son bilan

0
WeWork vient de déposer son bilan


WeWork a déposé pour faillite. Cette décision intervient alors que l’entreprise est confrontée à des dettes croissantes, à des taux d’intérêt élevés et à un nombre croissant de personnes travaillant à domicile.

WeWork a déposé une demande de protection au titre du chapitre 11, la société annoncé Lundi soir. Le processus permet à une entreprise de continuer à fonctionner au fur et à mesure de sa réorganisation. Dans l’ensemble, les sites WeWork resteront ouverts, affirme la société, et le processus ne concerne que les sites aux États-Unis et au Canada, car elle prévoit également d’y déposer une demande de protection similaire.

Mais dans le cadre de son dossier, WeWork demande de laisser les baux dans certains endroits qui, selon lui, sont « en grande partie non opérationnels ».

« Il est maintenant temps pour nous de faire avancer l’avenir en abordant de manière agressive nos baux existants et en améliorant considérablement notre bilan », a déclaré le PDG de WeWork, David Tolley, en annonçant le dépôt de bilan.

C’est la suite d’une chute épique pour l’entreprise de coworking autrefois en vogue. En 2019, avec une valorisation élevée de 47 milliards de dollars, l’entreprise a tenté d’entrer en bourse mais a échoué avant d’évincer son excentrique fondateur et PDG Adam Neumann. En 2021, suite à une restructuration, WeWork est devenue publique. Aujourd’hui, WeWork a une capitalisation boursière d’environ 45 millions de dollars.

Même si WeWork s’est redressé et a mis en place des dirigeants plus expérimentés, il a été confronté à d’énormes changements sur le marché immobilier. La pandémie de Covid-19 a vidé les bureaux du monde entier et la demande de travail à domicile a augmenté depuis. Aujourd’hui, des bureaux coûteux dans des centres-villes autrefois animés asseoir vide. Dylan Burzinski, analyste au cabinet de conseil immobilier Green Street et responsable de la recherche sur le secteur des bureaux, affirme que des changements aussi rapides ont durement frappé WeWork. L’entreprise a du mal à rivaliser avec des espaces de bureaux bon marché, alors que les taux d’intérêt augmentent, ce qui présente un risque supplémentaire.

Et 2023 s’est avérée une autre année tumultueuse pour WeWork. Le PDG Sandeep Mathrani a quitté l’entreprise en mai, après l’avoir rejoint en 2020. Il a publié un avertissement de continuité d’exploitation en août, une décision qui a fait naître des doutes quant à sa survie future. WeWork alors n’a pas effectué les paiements d’intérêts requis début octobre.

En septembre lettre, Tolley a écrit que l’entreprise s’efforçait de « renégocier presque tous nos baux » et fermerait les sites sous-performants. Tolley a déclaré que les baux de l’entreprise représentaient les deux tiers de ses dépenses d’exploitation totales au deuxième trimestre 2023 et étaient « trop élevés et radicalement en décalage avec les conditions actuelles du marché ». Mais, à l’époque, Tolley était optimiste : « Permettez-moi de terminer en précisant une chose : WeWork est là pour rester. »

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici