Accueil La cyber-sécurité Pourquoi les organisations ne parviennent-elles pas à détecter les menaces de cybersécurité ?

Pourquoi les organisations ne parviennent-elles pas à détecter les menaces de cybersécurité ?

0
Pourquoi les organisations ne parviennent-elles pas à détecter les menaces de cybersécurité ?


Le contenu de cet article relève uniquement de la responsabilité de l’auteur. AT&T n’adopte ni n’approuve aucun des points de vue, positions ou informations fournis par l’auteur dans cet article.

Face à l’évolution du paysage de la sécurité, la tâche la plus ardue du RSSI et du CIO est de mener une bataille continue contre les pirates informatiques et les cybercriminels. Les mauvais acteurs gardent une longueur d’avance sur les défenseurs et cherchent toujours de nouvelles vulnérabilités et failles à exploiter et à pénétrer dans le réseau commercial. Ne pas réagir rapidement à ces menaces peut avoir des conséquences catastrophiques pour l’organisation.

Une enquête révèle que, il faut en moyenne plus de cinq mois pour détecter et remédier aux cybermenaces. Il s’agit d’un délai considérable, car une réponse tardive aux cybermenaces peut entraîner une éventuelle cyber-attaque. On ne peut jamais oublier les effets dévastateurs de la Violation d’Equifax en 2017 et le Dépassement de l’objectif en 2013 en raison d’un retard de détection et de réponse. Ceci est préoccupant et souligne la nécessité de mesures de cybersécurité proactives pour détecter et atténuer les cybermenaces croissantes. Dans ce contexte, il est également crucial d’examiner pourquoi il est difficile de détecter les cybermenaces.

Pourquoi les organisations ne parviennent-elles pas à détecter les cybermenaces ?

Les équipes de sécurité sont confrontées à davantage de cybermenaces qu’auparavant. Un rapport a également confirmé que Les cyberattaques mondiales ont augmenté de 38 % en 2022 par rapport à l’année précédente. Le nombre et la complexité croissants des cyberattaques rendent difficile leur détection par les organisations.

Les pirates utilisent des techniques sophistiquées pour contourner les systèmes et solutions de sécurité, comme les vulnérabilités Zero Day, les attaques de phishing, les compromissions de messagerie professionnelle (BEC), les attaques de la chaîne d’approvisionnement et les attaques de l’Internet des objets (IoT). Certaines organisations ne connaissent pas les dernières tendances en matière de cybermenaces et ne disposent pas des compétences et des ressources nécessaires pour les détecter. Par exemple, les pirates proposent des services professionnels tels que le ransomware-as-a-service (RaaS) pour lancer des attaques de ransomware. Étonnamment, deux attaques de ransomware sur trois sont facilitées par la configuration RaaS, mais les entreprises ne parviennent toujours pas à mettre en place une stratégie défensive contre elles.

Les entreprises qui s’appuient sur des appareils existants et des logiciels obsolètes ne parviennent plus à reconnaître efficacement certaines activités malveillantes, laissant le réseau vulnérable aux menaces potentielles. De plus, le manque de personnel formé, les menaces internes et les erreurs humaines sont d’autres raisons pour lesquelles de nombreuses organisations souffrent aux mains des acteurs malveillants. En outre, une grande partie des données de l’entreprise sont cachées sous forme de données sombres. Comme les équipes défensives et les employés l’ignorent, les pirates informatiques profitent pleinement des données sombres et les répliquent ou les utilisent pour réaliser leurs intentions malveillantes.

De plus, la migration vers le cloud s’est rapidement développée ces dernières années, mettant en danger la cybersécurité. La complexité des environnements cloud, les environnements de travail à distance et hybrides mal sécurisés et le partage des responsabilités en matière de sécurité entre les fournisseurs de services cloud et les clients ont compliqué la situation. De plus, les vulnérabilités du cloud, qui ont augmenté à 194% par rapport à l’année précédenteont souligné la nécessité pour les organisations de rechercher des moyens de renforcer leur infrastructure de sécurité.

Mesures de sécurité à considérer pour prévenir les cybermenaces

Les entreprises étant confrontées à des cybermenaces complexes, leur atténuation nécessite une approche globale et proactive. Voici les conseils les plus efficaces que les organisations peuvent utiliser pour renforcer leur posture de cybersécurité :

Adoptez une approche de cybersécurité à plusieurs niveaux

L’adoption d’une approche de cybersécurité à plusieurs niveaux constitue un excellent moyen de lutter contre les menaces croissantes avant qu’elles ne se traduisent par une cyberattaque. Dans une approche de sécurité multicouche, si une couche est compromise, d’autres couches peuvent offrir une protection et aider à détecter et à répondre rapidement aux menaces.

Une approche à plusieurs niveaux est essentielle dans un paysage de sécurité en constante évolution où les cyberattaques sont de plus en plus nombreuses et de plus en plus sophistiquées. Il est livré avec une variété d’outils et de solutions de sécurité pour protéger le réseau de l’organisation, notamment la détection et la réponse des points finaux (EDR), gestion de la posture de sécurité des données (DSPM), gestion des informations et des événements de sécurité (SIEM), détection et réponse réseau (NDR) et analyse du comportement des utilisateurs et des entités (UEBA). Ces solutions offrent une visibilité sur le réseau organisationnel et protègent contre différents types de menaces.

Disposer de plusieurs niveaux de protection est une bonne chose, mais se concentrer sur une hygiène de sécurité de base contribue également à réduire le risque de cybermenaces. La mise en place d’une authentification multifacteur (MFA) et de sauvegardes de données est fondamentale pour la cybersécurité ; cependant, de nombreuses entreprises se trompent encore. La sauvegarde des données peut être un simple échec en raison d’une erreur humaine, d’une défaillance de l’infrastructure ou de mises à jour logicielles inappropriées. La mise en œuvre de sauvegardes cloud robustes ou immuables est le meilleur moyen de surmonter ce problème. Les sauvegardes immuables étant hors de portée des PME, la sauvegarde cloud est plus facile à adopter et se déconnecte du réseau principal, garantissant plus de protection.

De même, la MFA n’est plus aussi sûre qu’avant, car les pirates ont introduit diverses tactiques et attaques pour contourner les contrôles MFA. Cependant, l’introduction de MFA résistant au phishing qui inclut divers authentificateurs comme FIDO2, PKI ou CBA augmente la sécurité et atténue les risques.

Élaborer un plan complet de réponse aux incidents

À l’heure où les cybercriminels évoluent et deviennent de plus en plus sophistiqués, les organisations doivent disposer d’un plan de réponse aux incidents (IRP) bien défini pour garder une longueur d’avance sur les menaces potentielles. Sans plan de réponse aux incidents, les entreprises paniquent généralement sans savoir qui appeler ni quoi faire. Avec un plan adéquat en place, les responsables de la sécurité (CSO) et les autres membres des équipes de sécurité savent quoi faire et veillent au bon fonctionnement des mesures de reprise après sinistre.

IBM Rapport sur le coût d’une violation de données 2022 ont constaté que les organisations disposant d’un plan de réponse aux incidents avaient un coût moyen en matière de violation de données inférieur à celui des organisations sans IRP. Créer et mettre en œuvre un IRP est une étape inestimable. Il permet aux entreprises de mieux gérer, aide les équipes de sécurité à détecter et à répondre rapidement aux cybermenaces potentielles et atténue le risque d’incidents futurs.

Un plan de réponse aux incidents est une approche globale qui comprend des lignes directrices pour détecter, contenir et récupérer les incidents de sécurité. En outre, il met en évidence les rôles et responsabilités des parties prenantes au sein des organisations, du RSSI et du SOC impliqués dans le processus. La plupart des IRP suivent le cadre général basé sur les modèles de réponse aux incidents développés par le National Institute of Standards and Technology (NIST), le SANS Institute et la Cybersecurity and Infrastructure Agency (CISA).

De nombreuses organisations disposent de contrôles de sécurité communs pour soutenir le plan de réponse aux incidents. Mais désormais, avec les progrès, des outils dédiés comme SOAR ou SIEM aident à guider une équipe dans son flux de travail de réponse aux incidents et fournissent tous les détails nécessaires pour prendre une décision éclairée. Ces outils doivent être mis en œuvre bien avant, car ils fournissent des informations critiques qui permettent de reconnaître, d’enquêter et de répondre à un incident.

Établir des politiques de cybersécurité et se concentrer sur la formation des employés

Les politiques de cybersécurité sont cruciales pour prévenir les cybermenaces et les attaques. Les entreprises de toutes tailles doivent adhérer à des politiques strictes telles que le contrôle d’accès, les programmes de menaces internes, la gestion des fournisseurs et les politiques d’accès à distance pour garantir que tous les employés connaissent leurs rôles et responsabilités. De plus, grâce à des directives strictes en place, il est facile pour les entreprises, principalement le personnel de sécurité, d’empêcher les personnes non autorisées d’accéder aux données sensibles et, par conséquent, d’atténuer les risques de fuites potentielles de données.

Rapport d’enquête sur les violations de données de Verizon 2022 révèle que 82 % des violations de données impliquent un élément humain. Pour lutter contre ce problème, avoir une approche de cybersécurité centrée sur les personnes est la meilleure solution possible. Cette approche se concentre principalement sur l’éducation et le suivi des salariés, et différentes voies existent.

Les organisations peuvent organiser régulièrement des sessions de formation sur la cybersécurité pour apprendre au personnel à tous les niveaux à détecter et à répondre aux cybermenaces telles que les ransomwares ou les attaques de phishing. Ils peuvent également introduire le concept de gamification pour faire comprendre aux collaborateurs comment fonctionnent de manière ludique diverses cyberattaques. En outre, les équipes de sécurité doivent surveiller les actions des travailleurs, notamment lorsqu’il s’agit de données critiques. En outre, ils peuvent effectuer des vérifications d’antécédents et disposer d’une procédure de licenciement appropriée pour toute personne ne respectant pas les politiques de cybersécurité et mettant en danger la sécurité de l’entreprise.

Dernières pensées

Face au risque élevé de cybermenaces, les organisations doivent prendre des mesures pour protéger leurs systèmes et leurs données. L’un des meilleurs moyens d’y parvenir consiste à tirer parti d’une approche de cybersécurité à plusieurs niveaux qui comprend une variété de solutions de sécurité qui aident à reconnaître ces menaces et à renforcer la sécurité globale de l’organisation. De plus, disposer d’un solide plan de réponse aux incidents permet au RSSI de disposer d’une stratégie planifiée pour lutter contre l’augmentation des cybermenaces.

N’oubliez pas qu’assurer la cybersécurité est un processus et un effort continus ; rester informé des dernières menaces et pratiquer une hygiène de sécurité de base est également vital pour les équipes de sécurité et les autres membres de l’organisation. En résumé, avec des mesures appropriées, les organisations peuvent réussir à réduire le nombre et la gravité des attaques et fonctionner et progresser sans entrave.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici