Accueil Technologie La nouvelle affaire des « stocks de secours » de la Cour suprême pourrait légaliser les armes automatiques

La nouvelle affaire des « stocks de secours » de la Cour suprême pourrait légaliser les armes automatiques

0
La nouvelle affaire des « stocks de secours » de la Cour suprême pourrait légaliser les armes automatiques
La nouvelle affaire des « stocks de secours » de la Cour suprême pourrait légaliser les armes automatiques


Le Cour suprême a annoncé vendredi qu’il entendrait Garland c.Cargillune affaire qui pourrait légaliser un dispositif permettant à une arme à feu semi-automatique ordinaire (et légale) de imiter une mitrailleuse entièrement automatique qui peut cracher plusieurs balles chaque seconde.

Cargill implique des stocks de choc, des dispositifs qui utilisent le recul d’une arme à feu pour appuyer à plusieurs reprises sur sa gâchette, permettant à l’arme de tirer jusqu’à 90 balles en seulement 10 secondes. Les crosses de choc font heurter la gâchette d’une arme contre le doigt du tireur tandis que le recul de l’arme la fait bouger d’avant en arrière, « cognant » la gâchette et la faisant tirer encore et encore.

En 2017, un homme armé a ouvert le feu sur un festival de musique country à Las Vegas, tuant 60 personnes et en blessant des centaines d’autres. L’une des raisons pour lesquelles cette fusillade a été si meurtrière est que le tireur a utilisé une crosse à bosse.

En réponse, le Administration Trump a conclu que ces appareils ne devraient pas être légaux et a publié un règlement en 2018 qui a déterminé que les stocks de choc violaient une loi fédérale de 1986. faire de la possession d’une « mitrailleuse » un crime. Mais il y a un problème : la loi de 1986 est ambiguë et les tribunaux fédéraux sont divisés sur la question de savoir s’il convient de le lire pour autoriser cette interdiction des stocks de gros volume.

Si cette affaire s’était présentée devant l’ancien Le président Donald Trump refait la Cour suprême à l’image de la Société fédéraliste, ce serait très simple. La décision de la Cour dans Chevron c. Conseil de défense des ressources naturelles (1984) exige généralement que les juges s’en remettent à l’interprétation d’une loi par un organisme fédéral lorsque cette loi est ambiguë, et ainsi Chevron exigerait que les juges acceptent la conclusion du ministère de la Justice selon laquelle les stocks de secours comptent comme des « mitrailleuses ».

Mais la Cour suprême, trumpifiée, prévoit d’entendre une affaire ce trimestre lui demandant d’annuler Chevron. Et la Cour a déjà précisé, dans les affaires appliquant sa la soi-disant « doctrine des questions majeures » que le pouvoir judiciaire a le pouvoir d’opposer son veto aux réglementations même lorsqu’une loi fédérale autorise sans ambiguïté cette réglementation.

Ce qui signifie que le sort de l’interdiction des stocks de gros volume est désormais assez incertain.

Alors, que dit réellement la loi fédérale sur les stocks de gros ?

La loi de 1986 interdit les armes qui tirent « automatiquement » plus d’un coup »par une seule fonction du déclencheur.» Cette formulation est importante car les stocks de choc font que la gâchette d’une arme semi-automatique se heurte à plusieurs reprises au doigt du tireur – et il n’est pas clair si la loi est suffisamment large pour interdire ce mécanisme.

Certains tribunaux, y compris la Cour d’appel des États-Unis, de gauche, pour le circuit du district de Columbia, ont jugé que l’interdiction des stocks de remplacement était légale. Comme ce tribunal l’a soutenu dans Guedes c. ATF (2019), la référence dans la loi de 1986 à « une fonction unique de la gâchette » peut être interprétée comme signifiant « une seule pression sur la gâchette du point de vue du tireur ». Ainsi, les Bump Stocks sont des mitrailleuses illégales car « le tireur s’engage dans une seule pression sur la gâchette avec son doigt sur la gâchetteet cette action, via le fonctionnement de la crosse, produit un flux de feu continu tant qu’elle garde son doigt immobile et ne le relâche pas.

Pendant ce temps, le Cinquième Circuit de droite est arrivé à la conclusion inverse. Bien que le Cinquième Circuit ait reconnu que les stocks de choc permettent de tirer des armes semi-automatiques à un rythme accéléré, il a affirmé que « le fait demeure que seuls une balle est tirée à chaque fois que le tireur appuie sur la gâchette

Et puis il y a le Décision du sixième circuit, rédigé par le juge centriste Clinton Ronald Gilman. Gilman a conclu que la loi de 1986 est effectivement ambiguë. Puis il a annulé l’interdiction des stocks de remplacement en appliquant ce qu’on appelle le «règle de clémence», qui établit parfois que lorsqu’une loi pénale est ambiguë, elle doit être interprétée en faveur du défendeur.

Un problème avec l’approche du sixième circuit, cependant, est que la Cour suprême a mis en garde les juges contre l’application très fréquente de cette règle de clémence. Comme l’a dit la Cour dans Barbier c.Thomas (2010), « la règle de clémence ne s’applique que si, après avoir examiné le texte, la structure, l’historique et l’objet, il subsiste une « ambiguïté ou une incertitude grave dans la loi », de telle sorte que la Cour doit simplement « deviner sur quoi repose la loi ». Congrès destiné.' »

Le différend sur les stocks de réserve soulève également un problème récurrent en matière de politique en matière d’armes à feu. Il y a près de quatre décennies, le Congrès a rédigé une loi visant à interdire les mitrailleuses. Mais ce statut devait définir le terme mitrailleuse d’une manière ou d’une autre. Et les fabricants d’armes ont finalement compris comment concevoir un dispositif qui imiterait une mitrailleuse, mais cela ne correspond sans doute pas à la définition statutaire écrite par le Congrès il y a tant d’années.

Ce problème de définitions imparfaites et de fabricants d’armes lésés a été récemment porté devant la Cour suprême en Garland c.Blackhawk Manufacturing Group, un affaire impliquant des « armes fantômes ». Dans cette affaire, les fabricants d’armes avaient tenté de contourner une loi fédérale exigeant une vérification des antécédents des acheteurs d’armes et exigeant que les armes portent un numéro de série, en vendant des armes qui devaient être assemblées un peu comme un bureau Ikea. Les fabricants d’armes ont alors affirmé que ces armes inachevées n’entraient pas dans la définition fédérale d’une « arme à feu ».

Quoi qu’il en soit, la Cour suprême s’est prononcée contre les fabricants d’armes à l’origine de ces armes fantômes. C’est donc peut-être un signe d’espoir pour les partisans de l’interdiction des stocks de remplacement. Mais, du point de vue de l’interprétation statutaire, la question de savoir si une arme équipée d’une crosse à bosse compte comme une mitrailleuse est véritablement difficile – suffisamment difficile pour que les juges puissent rédiger un avis plausible se prononçant en faveur de l’une ou l’autre des parties dans cette affaire. .

Si la Cour suprême légalise les stocks de gros, le Congrès ne pourra peut-être plus jamais les interdire

Un autre problème qui plane sur cette affaire est que, en Association des fusils et pistolets de l’État de New York c.Bruen (2022), la Cour suprême a déclaré que « le deuxième amendement protège la possession et l’utilisation d’armes qui sont « d’usage courant à l’époque ». Ainsi, à mesure qu’une arme devient plus courante et plus largement disponible, elle bénéficie d’une plus grande protection constitutionnelle. Une arme interdite aujourd’hui pourrait demain devenir protégée par la Constitution si suffisamment de propriétaires d’armes en obtiennent une.

Cela crée un grave danger si la Cour suprême détermine que les stocks de gros sont légaux. Le Congrès pourrait potentiellement adopter une nouvelle loi interdisant explicitement les stocks de hausse. Mais, au moment où cette loi entrera en vigueur, de nombreux propriétaires d’armes à feu auront peut-être acheté un stock de remplacement. Et cela pourrait rendre la nouvelle interdiction des stocks de remplacement inconstitutionnelle.

En effet, Bruen crée une incitation perverse à la fois pour les fabricants d’armes et pour les propriétaires d’armes. Si une nouvelle arme extrêmement dangereuse est inventée demain – ou si une arme existante, tout aussi dangereuse, est brièvement rendue légale demain – les personnes qui souhaitent étendre la portée du deuxième amendement sont incitées à distribuer cette arme le plus rapidement possible.

Car une fois que cette arme est « d’usage courant », elle ne peut plus être interdite.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici