Accueil Technologie « J’ai hâte de te posséder » : Lire pour la première fois des lettres du XVIIIe siècle

« J’ai hâte de te posséder » : Lire pour la première fois des lettres du XVIIIe siècle

0
« J’ai hâte de te posséder » : Lire pour la première fois des lettres du XVIIIe siècle


liasses de lettres du XVIIIe siècle en trois piles
Agrandir / Les lettres avant d’être ouvertes et lues par Renaud Morieux aux Archives nationales de Kew.

Les Archives nationales / Renaud Morieux

L’historien de l’Université de Cambridge, Renaud Morieux, examinait les documents des Archives nationales de Kew lorsqu’il est tombé sur une boîte contenant trois piles de lettres scellées maintenues ensemble par des rubans. L’archiviste lui a donné l’autorisation d’ouvrir les lettres, toutes adressées à des marins français du XVIIIe siècle par leurs proches et saisies par la Royal Navy britannique lors de la guerre. Guerre de Sept Ans (1756-1763).

« J’ai réalisé que j’étais la première personne à lire ces messages très personnels depuis qu’ils sont écrits », dit Morieux, qui vient de publier son analyse des lettres dans la revue Annales Histoire Sciences Sociales. « Ces lettres parlent d’expériences humaines universelles, elles ne sont pas propres à la France ou au XVIIIe siècle. Elles révèlent comment nous faisons tous face aux grands défis de la vie. Lorsque nous sommes séparés de nos proches par des événements indépendants de notre volonté comme la pandémie ou les guerres, il faut trouver comment rester en contact, comment rassurer, prendre soin des gens et entretenir la passion. Aujourd’hui, nous avons Zoom et WhatsApp. Au XVIIIe siècle, les gens n’avaient que des lettres, mais ce qu’ils écrivaient leur semble très familier. »

L’Angleterre et la France ont une longue et compliquée histoire de guerre, notamment la Guerre de Cent Ans aux XIVe et XVe siècles. Les deux pays étaient également en guerre presque continuellement au cours du XVIIIe siècle, y compris la guerre de Sept Ans, qui s’est déroulée en Europe, dans les Amériques et en Asie-Pacifique alors que l’Angleterre et la France tentaient d’établir une domination mondiale avec l’aide de leurs alliés respectifs. . Techniquement, la guerre a évolué à partir des colonies nord-américaines lorsque l’Angleterre a tenté de s’étendre sur des territoires déjà revendiqués par les Français. (Fait amusant : George Washington, 22 ans, a mené une embuscade en 1754 contre une force française au Bataille de Jumonville Glen.) Mais le conflit s’est rapidement étendu au-delà des frontières coloniales et les Britanniques ont saisi des centaines de navires français en mer.

Lettre de Marguerite à son fils Nicolas Quesnel (27 janvier 1758), dans laquelle elle dit : "Je suis pour le tombeau."
Agrandir / Lettre de Marguerite à son fils Nicolas Quesnel (27 janvier 1758), dans laquelle elle dit : « Je suis pour le tombeau ».

Les Archives nationales / Renaud Morieux

Selon Morieux, malgré sa collection d’excellents navires durant cette période, la France manquait de marins expérimentés, et le grand nombre emprisonné par les Britanniques – près d’un tiers de tous les marins français en 1758 – n’arrangeait pas les choses. De nombreux marins sont finalement rentrés chez eux, même si quelques-uns sont morts pendant leur emprisonnement, généralement de malnutrition ou de maladie. Ce n’était pas une tâche facile pour acheminer la correspondance de France vers un navire en mouvement constant ; souvent, plusieurs exemplaires étaient envoyés à différents ports dans l’espoir d’augmenter les chances qu’une lettre parvienne à son destinataire.

Ce lot particulier de lettres était adressé à divers membres de l’équipage d’un navire de guerre français appelé le Galiléequi a été capturé par un navire britannique appelé le Essex en route de Bordeaux vers Québec en 1758. Les recherches généalogiques de Morieux représentaient tous les membres de l’équipage. Naturellement, certaines des missives étaient des lettres d’amour d’épouses à leurs maris, comme celle que Marie Dubosc écrivit à son mari, un lieutenant de navire nommé Louis Chambrelan, en 1758, se déclarant son « épouse toujours fidèle ». Les recherches de Morieux ont montré que Marie est décédée l’année suivante avant la libération de son mari ; Chambrelan se remarie à son retour en France, n’ayant jamais reçu la missive de sa défunte épouse.

Morieux a lu plusieurs lettres adressées à un jeune marin normand nommé Nicolas Quesnel, de sa mère Marguerite, 61 ans, et de sa fiancée, Marianne. Les lettres de Marguerite reprochaient au jeune homme d’écrire plus souvent à Marianne qu’à elle, accentuant ainsi sa culpabilité. « Je pense plus à toi qu’à moi », a écrit la mère (ou plus probablement, dictée à un scribe de confiance), ajoutant : « Je pense que je suis pour le tombeau, je suis malade depuis trois semaines. » (Traduction : « Pourquoi n’écris-tu pas à ta pauvre mère malade avant que je meure ? »)

Lettre d'amour d'Anne Le Cerf à son mari Jean Topsent dans laquelle elle dit « J'ai hâte de te posséder » et signe « Ton obéissante épouse Nanette ».
Agrandir / Lettre d’amour d’Anne Le Cerf à son mari Jean Topsent dans laquelle elle dit « J’ai hâte de te posséder » et signe « Ton obéissante épouse Nanette ».

Les Archives nationales / Renaud Morieux

Apparemment, la négligence de Quesnel envers sa mère a provoqué certaines tensions avec la fiancée puisque Marianne lui a écrit trois semaines plus tard pour lui demander d’écrire à sa mère et d’enlever le « nuage noir » dans la maison. Mais Marguerite s’est simplement plainte du fait que Quesnel ne faisait aucune mention de son beau-père dans ses lettres, de sorte que le pauvre jeune homme ne pouvait vraiment pas gagner. Quesnel a survécu à son emprisonnement, selon Morieux, et a fini par travailler sur un navire négrier transatlantique.

Pour Morieux, la lecture des lettres apporte un nouvel éclairage sur la vie des marins et de leurs familles, notamment des femmes. « Ces lettres montrent des personnes confrontées à des défis collectivement. » il a dit. « Aujourd’hui, nous trouverions très inconfortable d’écrire une lettre à une fiancée en sachant que les mères, les sœurs, les oncles, les voisins la liraient avant qu’elle ne soit envoyée, et que beaucoup d’autres la liraient dès sa réception. Il est difficile de dire à quelqu’un ce que l’on pense vraiment. à leur sujet avec des gens qui regardaient par-dessus votre épaule. Il y avait beaucoup moins de fracture entre intime et collectif.

Annales Histoire Sciences Sociales, 2023. DOI : 10.1017/ahss.2023.75 (À propos des DOI). (En français)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici