Accueil Technologie Cette ancienne future licorne sera-t-elle vendue pour pièces détachées ?

Cette ancienne future licorne sera-t-elle vendue pour pièces détachées ?

0
Cette ancienne future licorne sera-t-elle vendue pour pièces détachées ?


W
Bienvenue au TechCrunch Exchange, une newsletter hebdomadaire sur les startups et les marchés. Il est inspiré par le chronique TechCrunch+ quotidienne d’où il tire son nom. Vous le voulez dans votre boîte de réception tous les samedis ? S’inscrire ici.

Faites des prédictions et légendes urbaines avec scepticisme : Luko n’est pas la prochaine licorne de France, et Paul McCartney l’est pas mort. Aujourd’hui, la rumeur veut que les fusions et acquisitions dans le domaine de l’assurance soient hors de question. Quant à moi, j’écouterai les Beatles. — Anna

Interrogations sur une « immense réussite »

Au cours de l’été, nous avons appris que l’insurtech française Luko avait évité ce qui semblait être insolvabilité imminente en acceptant à acquérir par l’assureur britannique Admiral Group. Ce n’était pas le voyage que ses investisseurs avaient envisagé lorsqu’ils ont publié un rapport. 72 millions d’euros dans la startup, mais ce n’était pas la fin du chemin.

Cependant, des rumeurs ont émergé il y a quelques jours selon lesquelles Admiral renonçait à racheter Luko.

Nous ne connaîtrons pas avec certitude le sort de Luko avant au moins le 7 novembre, prochaine échéance judiciaire. Mais selon L’Argus de l’Assurance, le média spécialisé dans l’assurance qui j’ai eu le scoopla restructuration de la dette de 45 millions d’euros de la startup est devenue un point bloquant, les créanciers BNP Paribas et Triple Point Ventures espérant tous deux récupérer leur argent avant l’autre.



LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici